Mots-clés :

Comment se passe le moment entre le jeune qui reçoit son diplôme et le jeune qui entre dans sa première entreprise? quelles sont les relations sociales entre patrons et jeunes actifs? le jeune est-il prêt à commencer une vie de travail? comment se déroule le management humain dans ce passage de la vie?

Comment les jeunes diplômés peuvent-ils envisager leur vie professionnelle ?

Selon les derniers conseils à la mode:

‘’ Le salariat est la figure moderne de l'esclavage. Souvenez-vous que l'entreprise n'est pas le lieu de l'épanouissement, cela se saurait. La prétention de l'entreprise de mobiliser à son profit votre personne tout entière aboutit au résultat inverse: elle révèle l'oppression à laquelle vous devez répondre par un retrait subjectif sans appel, par un parasitisme discret, mais sans concession.

Devenez plutôt son tocard, son déchet, inadapté irréductible à la norme, imperméable aux manipulations. Incarnez le grain de sable dans la machine, l'anomalie qui défie l'homogène ! Ainsi, vous échapperez à l'implacable loi de futilité, à l'incontournable et désincarné bien commun, qui n'ont jamais mené aucun individu au bonheur.

Dissidents en col blanc, désengagez-vous !" (1)

Quel programme !
Sous une apparence d'esprit de résistance ‘’branché’’, il n'est rien proposé d'autre qu'abstention, fatalisme, impuissance, repli sur soi et démotivation...
Mais puisque le monde reste à construire, n’y aurait-il pas mieux à faire ?
Puisque la différence est nécessaire, n’y aurait-il pas une autre forme de dissidence ?
Une dissidence qui donnerait du sens au travail, rétablirait la primauté due aux personnes et renforcerait courage et confiance.
Une dissidence qui s’affirmerait comme une alternative réaliste au choix apparemment impossible entre angélisme et cynisme.

L’air du temps encourage des comportements de grain de sable, ce minéral minuscule à forte capacité de nuisance.
Alors que notre temps aurait plutôt besoin de grain de sel, ce cristal essentiel à l'équilibre physiologique de l'organisme.

Malgré certaines apparences, les jeunes diplômés sont exigeants :
Ils attendent de l'entreprise transparence, respect et reconnaissance.
Ils se méfient de la langue de bois et recherchent simplicité et authenticité.
Ils sont prêts à s'engager, mais pas aveuglément, avec un souci de réciprocité...

Attentifs à leur propre qualité de vie, certains se demandent comment exercer leurs responsabilités humaines dans l'entreprise, parce qu'ils savent que

L'économie et la technique, c'est indispensable,
mais l'humain, c'est essentiel.
Alors, ils s'interrogent :
Comment respecter l'essentiel pour réaliser l'indispensable ?

Comprendre la vie de l'Entreprise, apprendre à identifier les problèmes humains, à les résoudre, ou les prévenir, tel est le défi à relever.

La perte générale de repères et le climat de défiance développé autour des entreprises exigent une approche spécifique.
D'autant plus que le rythme de travail dans les entreprises rend difficile la prise de recul et la réflexion...

Le parcours proposé par l'IFMP (Institut de Formation pour le Management des Personnes), est destiné en priorité aux ''jeunes'' :

    - étudiants des écoles d'ingénieurs, de gestion etc.
    - jeunes professionnels entrés dans la vie active depuis peu

Il a pour ambition d'aider à mieux comprendre  par quels mécanismes, quelles relations de cause à effet, il est possible d'agir concrètement pour que "essentiel et indispensable" se rejoignent.

Il met l'accent sur une approche pragmatique des réalités, stimule la curiosité et le sens de l’observation et enrichit la réflexion approfondie.
Il développe une intelligence des situations et des personnes.

S'engager dans ce parcours représente un véritable investissement personnel, gage d'efficacité de cette préparation à l'exercice des responsabilités humaines en entreprise.
En ce sens, l'accomplissement du parcours IFMP est un passeport pour l'emploi vers l'entreprise.
Elles sont nombreuses à soutenir ce programme.

 

Répondre à cet article